Article 122 du Code de procédure civile : explication de l’article de loi

Le Code de procédure civile est un texte de loi qui régit les règles de procédure applicables aux litiges civils. Il est composé de différents articles qui définissent les modalités de déroulement d’une procédure judiciaire. L’article 122 du Code de procédure civile est l’un de ces articles.

Définition de l’article 122 du Code de procédure civile

L’article 122 du Code de procédure civile est un article qui prévoit la possibilité pour une partie de saisir le juge en référé afin d’obtenir une mesure provisoire. Cette mesure est destinée à protéger les intérêts de la partie concernée en attendant le jugement au fond.

A découvrir également : Les défis et opportunités de la cybersécurité dans un monde de plus en plus connecté

Les conditions de mise en œuvre de l’article 122 du Code de procédure civile

L’article 122 du Code de procédure civile ne peut être mis en œuvre que dans certaines conditions. Tout d’abord, la mesure provisoire demandée doit être urgente, c’est-à-dire qu’elle doit être nécessaire pour éviter un préjudice imminent ou pour faire cesser un trouble manifestement illicite.

Ensuite, la demande doit être fondée sur un droit certain, c’est-à-dire que la partie doit avoir des chances sérieuses de succès au fond. Enfin, la mesure provisoire ne doit pas faire obstacle au principal.

A découvrir également : Quel cabinet pour faire un bilan de compétence à Cavaillon ?

Les différents types de mesures provisoires prévues par l’article 122 du Code de procédure civile

L’article 122 du Code de procédure civile prévoit différents types de mesures provisoires. Tout d’abord, il peut s’agir d’une mesure conservatoire, destinée à garantir la conservation des biens litigieux en attendant le jugement au fond. Cette mesure peut consister en la saisie conservatoire de biens, en l’interdiction de disposer des biens, ou en la désignation d’un séquestre.

Article 122 du Code de procédure civile explication de l'article de loi

Ensuite, il peut s’agir d’une mesure d’urgence, destinée à faire cesser un trouble manifestement illicite ou à éviter un préjudice imminent. Cette mesure peut consister en l’interdiction de nuire, en la cessation d’une activité illicite, ou en la remise en état des lieux.

Enfin, l’article 122 du Code de procédure civile prévoit également la possibilité de prononcer une astreinte, c’est-à-dire une somme d’argent que la partie condamnée devra verser à la partie bénéficiaire de la mesure provisoire si elle ne s’exécute pas.

La procédure à suivre pour obtenir une mesure provisoire en application de l’article 122 du Code de procédure civile

Pour obtenir une mesure provisoire en application de l’article 122 du Code de procédure civile, la partie doit saisir le juge des référés, qui est compétent pour statuer en la matière. La demande doit être présentée par voie d’assignation ou par requête, selon les cas.

Le juge des référés peut être saisi à tout moment de la procédure, même avant la saisine au fond. Il statue en principe dans un délai de quinze jours à compter de la date de la demande, mais ce délai peut être réduit en cas d’urgence. La décision du juge des référés est susceptible d’appel, mais cet appel n’a pas d’effet suspensif sur la mesure provisoire prononcée.

Les limites de l’article 122 du Code de procédure civile

Malgré l’utilité de l’article 122 du Code de procédure civile, il présente également certaines limites. En effet, la mesure provisoire ne peut être prononcée que si la demande est urgente et fondée sur un droit certain, ce qui peut parfois être difficile à prouver. De plus, la mesure provisoire ne peut pas faire obstacle au principal, ce qui peut limiter son efficacité dans certains cas.

En outre, la mise en œuvre de l’article 122 du Code de procédure civile peut être complexe et coûteuse pour les parties, notamment en raison des délais de procédure et des honoraires d’avocat. Enfin, il est possible que la mesure provisoire prononcée par le juge des référés ne soit pas suffisante pour protéger les intérêts de la partie concernée.

RELATED POSTS