Mesurer sa fréquence vibratoire : comprendre l’échelle de Bovis

La fréquence vibratoire, souvent évoquée dans les cercles liés au bien-être et à la spiritualité, fait référence à l’énergie ou à l’aura émanant de toute forme de vie ou objet. L’échelle de Bovis, du nom de son inventeur français, est un outil prétendument capable de quantifier cette énergie subtile. Bien que controversée et non reconnue scientifiquement, certains praticiens de la radiesthésie s’en servent pour évaluer le niveau vibratoire de divers éléments, allant des aliments aux lieux, en passant par les êtres vivants. Cette mesure est exprimée en unités Bovis (UB), où 6 500 UB est considérée comme un seuil d’équilibre vital.

Les fondements de l’échelle de Bovis

Inventée dans les années 1930 par André Bovis, l’échelle de Bovis se veut un instrument de mesure de la fréquence vibratoire, cette qualité intrinsèque que chaque matière, chaque organisme, chaque site dégage dans l’univers. Sa conception repose sur l’idée que toute forme de vie, de l’infime cellule au vaste écosystème, émet une vibration mesurable, un taux vibratoire, qui reflète son énergie vitale. La unité Bovis (UB), initialement basée sur l’angström, est l’étalon de cette échelle, permettant de comparer les fréquences vibratoires entre elles.

Lire également : Gérer le stress au quotidien : les stratégies les plus efficaces

La démarche d’André Bovis, bien qu’ancrée dans une perspective ésotérique et non validée par la communauté scientifique, suggère que les fréquences vibratoires peuvent influencer la santé et le bien-être. Selon cette théorie, les êtres et les objets avec un taux vibratoire élevé seraient plus à même d’avoir une influence positive sur leur environnement. La relation entre la fréquence vibratoire et son évaluation par l’échelle de Bovis établit ainsi un pont entre le monde physique et celui des énergies subtiles.

L’unité Bovis (UB) est au cœur de cette évaluation énergétique. Elle sert de repère pour juger de la vitalité ou de la qualité énergétique d’un élément. Tout dans l’univers possède une fréquence vibratoire, y compris la musique et le cerveau humain, d’où l’intérêt de certains pour cette mesure. L’échelle permettrait, selon ses adeptes, de quantifier cette énergie et de déterminer si un être, un objet ou un lieu se situe au-dessus ou en dessous du seuil vital de 6 500 UB.

A lire également : Quel masque pour les peaux à tendance acnéique ?

L’utilisation de l’échelle de Bovis s’étend donc de l’analyse de la qualité vibratoire des aliments jusqu’à l’évaluation des lieux dits ‘sacrés’ ou ‘énergétiques’. Des hauts lieux de vibration tels que Chartres ou Machu Picchu sont souvent cités comme exemples de sites dont les taux vibratoires atteignent des sommets sur cette échelle. Ces mesures, réalisées par des praticiens de la radiesthésie, entretiennent le mystère et l’intérêt pour cette échelle qui, au-delà de ses fondements, provoque interrogation et fascination.

Techniques de mesure de la fréquence vibratoire

Dans le domaine de l’énergie subtile, la radiesthésie se présente comme la pratique privilégiée pour détecter et mesurer les fréquences vibratoires. Les radiesthésistes se servent d’un pendule pour interpréter les vibrations environnantes, qu’il s’agisse d’êtres vivants, d’aliments ou de lieux. Cette technique ancestrale, bien que reléguée au rang de pseudoscience par certains, demeure un outil de choix pour les adeptes de l’échelle de Bovis.

Le Cadran de Bovis, quant à lui, est un outil graphique permettant de mesurer les taux vibratoires. Gradué jusqu’à 18 000 UB, il s’agit d’une échelle semi-circulaire sur laquelle le praticien positionne son pendule. Selon le point où le pendule se stabilise, le radiesthésiste peut lire le taux vibratoire de l’objet ou de l’individu étudié. Cette méthode est réputée pour sa simplicité et sa rapidité d’exécution.

La mesure des taux vibratoires à l’aide de ces outils est cependant sujette à interprétation. La sensibilité du radiesthésiste, l’environnement dans lequel la mesure est prise ainsi que les conditions psychiques peuvent influencer les résultats. C’est pourquoi les adeptes de cette pratique recommandent souvent de réaliser plusieurs mesures dans des conditions diverses pour obtenir une moyenne fiable.

Les planches de radiesthésie et les livres spécialisés fournissent des instructions détaillées sur l’usage du pendule et du cadran. Ces manuels proposent des méthodologies et des protocoles à suivre, permettant d’harmoniser les pratiques et de tendre vers une certaine standardisation des mesures. Cela participe à rendre la radiesthésie accessible aux néophytes, tout en conservant une dimension empirique indéniable.

Interprétation et paliers de l’échelle de Bovis

L’échelle de Bovis, du nom de son inventeur André Bovis, est un outil de mesure énergétique qui a permis de poser des jalons dans la compréhension de la vitalité des êtres et des lieux. Selon cette échelle, la fréquence vibratoire est un indicateur de la vitalité énergétique absolue. Tout dans l’univers, de la musique aux pensées humaines, possède une fréquence vibratoire qui peut être mesurée par cette échelle. Les unités Bovis (UB), bien que basées originellement sur l’angström, servent aujourd’hui de référentiel pour comparer ces fréquences vibratoires.

Au sein de cette échelle, différents paliers sont identifiés. Un taux de 6 500 UB est considéré comme neutre pour un être humain, une sorte de seuil de vitalité. En deçà, les niveaux sont jugés déficitaires et au-delà, ils indiquent un état de vitalité croissante. Pour les lieux, le cadran de Bovis permet de mesurer des taux pouvant atteindre ou dépasser les 18 000 UB, tels que ceux ressentis dans certains hauts lieux de vibration comme Chartres ou Machu Picchu, ce dernier ayant un taux vibratoire de quatre millions et demi d’UB.

La mesure de ces taux vibratoires n’est pas un acte anodin. Elle s’inscrit dans une démarche spirituelle, où la dimension énergétique prend tout son sens. Les adeptes de cette échelle la considèrent comme un outil pour mieux comprendre les interactions invisibles entre la matière et l’énergie. Dame Nature, avec ses multiples expressions, se trouve ainsi évaluée et honorée à travers les variations de ses fréquences vibratoires. Prenez donc en considération ces informations comme des indications permettant de naviguer dans le monde subtil de l’énergie, tout en gardant à l’esprit les limites et le caractère potentiellement subjectif de l’exercice.

fréquence vibratoire

Applications pratiques et limites de la mesure vibratoire

La radiesthésie, pratique ancestrale de détection des champs énergétiques, utilise le cadran de Bovis pour mesurer les taux vibratoires d’êtres vivants, d’aliments ou de lieux. Cette technique, qui semble tenir du mysticisme pour certains, s’inscrit dans un cadre plus large de la recherche d’une harmonie entre le corps et l’environnement. Les praticiens de cette méthode se servent couramment d’un pendule pour établir un dialogue avec le subtil, traduisant ainsi les vibrations en données mesurables.

Les applications sont diverses, allant de la simple curiosité personnelle à des décisions en matière de santé holistique, en passant par la géobiologie, discipline qui étudie l’influence des lieux sur le vivant. La mesure des fréquences vibratoires par l’échelle de Bovis est parfois utilisée pour ajuster les espaces de vie ou pour optimiser le bien-être et la vitalité des personnes.

L’utilisation de cette échelle ne s’exempte pas de critiques et de scepticisme. La communauté scientifique souligne souvent l’absence de preuves empiriques validant la fiabilité et la reproductibilité des mesures obtenues. Ces observations nous incitent à considérer l’échelle de Bovis avec prudence et à l’aborder avec un esprit critique, sans pour autant dédaigner son potentiel heuristique.

La fréquence vibratoire, bien qu’étant un concept séduisant pour expliquer certaines dynamiques invisibles, reste un domaine où le consensus scientifique fait défaut. Les praticiens et les adeptes de l’échelle de Bovis doivent, dès lors, naviguer entre expérience subjective et recherche d’une validation objective, conscient des limites inhérentes à cette approche non conventionnelle.

RELATED POSTS